Imaginons un monde sans croix

crucifix-10998

Imagines un instant le monde sans la croix de Jésus.

 

Il n’y aurait pas d’église dans aucun quartier d’aucune ville d’aucune région de ce pays. Pas de cathédrale, pas de paroisse. Pas d’église réveillée, éveillée, born again, reborn again, donc pas de bruit assourdissant la nuit de chants de délivrance ou de miracle. Il y’aurait environ 10 canaux libres sur les 90 chaines que mon câbleur donne, y inclus TB Joshua. IL n’y aurait pas de TB Joshua, pas d’assemblées remplis à craquer espérant et scandant au miracle à la demande. TB Joshua serait probablement revendeur dans un marché de Lagos, comme le pasteur du canal 11 de mon câbleur qui continuerait à vendre les arachides dans sa brouette au marché de bonamoussadi.

 

Il n’y aurait pas de prêtres, pas de pasteurs, pas d’évêques ni cardinaux, pas de papes. Pas de toges, pas d’étoles violettes ni vertes sur des soutanes blanches. Pas de messes ni de cultes. Les enterrements se feraient beaucoup plus vite, pas d’homélie, juste les témoignages, à la limite des prières aux ancêtres ou au Dieu des ancêtres suivant nos rites traditionnels.

 

Il n’y aurait pas de sacrements, pas de mariage en robe blanche a l’église, pas de costume ni de belle robe pour les sacrements de baptême, de communion et de confirmation, pas de fêtes dans les maisons avec les familles réunies autour de somptueux repas pour célébrer ces sacrements. Il n’y aurait pas de chorales, pas de groupe de prière, pas de dames apostoliques, pas d’anciens d’églises, pas de recollections, pas de retraites, pas de veillées, pas de week-ends surbookés par les activités paroissiales des temps pascal et de l’avent. Il n’y aurait pas ces chorales qui occupent tant les soirées et les weekends des grand-mères délaissées pas leurs enfants adultes, et laissées à elles-mêmes dans les grandes villes ou toutes seules dans les villages reculés des zones rurales. Il n’y aurait pas la CARITAS et les mouvements de solidarité avec les bénévoles qui assistent les personnes désœuvrées et abandonnes dans les quartiers pauvres, les prisons, les hôpitaux. Il n’y aurait pas AD LUCEM, pas l’hôpital BETHEL, pas les hôpitaux catholiques et protestants, pas de personnels constitués des bonnes sœurs bienveillantes pleines de l’humanité que nous décrions absentes ailleurs. Il n’y aurait pas de structures religieuses prenant soin des personnes âgées, des orphelins, des lépreux dans les contrées que le commun des gens ne connaît même pas. Il n’y aurait pas de structures récupérant les orphelins et bébés abandonnés à eux-mêmes, pas d’orphelinats ou les âmes de bonne volonté pourraient de temps en temps exprimer leur charité en faisant des dons pour se faire bonne conscience ou sincèrement pour acte de charité. Il n’y aurait pas d’onction de malade, pas de sacrement de la fin que l’on ferait prendre à nos parents ou nos proches pour avoir l’impression que nous avons fait tout notre possible pour qu’ils aillent au ciel. Il n’y aurait pas de psaumes, pas de chapelets, ni de prières réconfortantes pour apaiser nos grands malades dans le profond de leurs douleurs abandonnes sur leurs lits. Il n’y aurait pas de croix sur les tombes dans les cimetières.

 

Il n’y aurait pas d’école catholique ou protestante, ou de catéchistes ou de laïcs dans les régions très reculées et villageoises,  qui enseigneraient bénévolement. Il n’y aurait que des écoles publiques que nous décrions tant ou des écoles privées gérées a la guise des fondateurs ou pas d’école du tout. Il n’y aurait pas Don Bosco et les enseignements pratiques aux millions de jeunes qui se sont formes dans les centres Don Bosco de par le monde. Il n’y aurait pas Dominique Savio ni les millions d’enfants qui se forment dans les écoles Savio de par le monde, suivant la méthode de cet exemple. Il n’y aurait pas De La Salle ni les millions d’enfants formes dans les centres d’apprentissage. Il n’y aurait pas Libermann, ni les millions d’enfants formes dans ces centres.

 

Il n’y aurait pas le Pape Jean Paul II et peut être pas la chute du Mur de Berlin, pour laquelle il a grandement œuvré, à l’insu du commun des mortels; il n’y aurait pas le plus grand rassemblement de jeunes du monde autour de l’amour et de la charité, les JMJ. Il n’y aurait pas le Pape Francois, un modèle d’humanité et d’inspiration pour tant de personnes dans le monde, une voix qui bouscule les lignes et qui influe sur les puissances du monde aujourd’hui au plus haut sommet. Il n’y aurait pas d’autorité assez imposante pour représenter aux yeux du monde, l’incarnation humaine de celui qui serait le Fils du Créateur de l’univers pour les catholiques, quelqu’un qui accepterait de porter le fardeau de la foi chrétienne et de tenir devant Dieu la parole pour tous ceux qui ont la foi chrétienne, puisqu’il en faut bien un. IL n’y aurait pas l’empereur Constantin et sa conversion miraculeuse, qui a façonné les deux précédents millénaires, tels que nous les connaissons. Il n’y aurait pas les sacrifices de Saint Pierre, Saint Paul, et tous les martyres dont le sang inspire de nombreux chrétiens et martyres qui sont encore persécutés aujourd’hui. Il n’y aurait pas les expériences mystiques des grandes âmes qui ont connu la persécution dans leur chair et servent de modèles aux cas désespérés de réelles persécutions et possessions démoniaques.

 

Il n’y aurait pas d’espoir dans le fond de la souffrance, pas de modèle de souffrance pouvant servir de souffre-douleur quand on est au fond du trou, juste du désespoir. Il n’y aurait pas de sublime message d’espoir rapprochant Dieu de nous, de chacun. Pas d’histoire sublime passée dans la zone la plus turbulente du monde, désertique et aride, pas d’histoire qui sublimerait les peurs devant les plus grandes difficultés. Sans la croix, que ferais-je au fond d’une prison abandonne par ma femme, mes enfants, ma famille? Sans la croix, que ferais-je au fond de ma salle de torture condamne à tort par mes bourreaux qui voient en moi un ennemi plutôt qu’un être humain? Sans la croix que ferais-je quand la maladie m’aura ramené de l’état d’homme surpuissant, brillant, riche à l’état de légume ruiné couché sur un lit à cause d’un accident malencontreux?

 

Rien.

 

Rien de tout cela.

 

As-tu pu entrevoir a quoi ressemblerait le monde autour de toi sans la croix que tant renient? Il est facile de crier sur tous les toits qu’il est vain de croire, qu’il est idiot et antinationaliste, anti-africain de croire en un palestinien cloue sur du bois moins cher dans un pays désertique il y’a deux mille ans. Surtout en 2016 ou chacun peut se faire son idée. Il est facile d’accuser les évangélistes des premières d’esclavagisme à la solde des empereurs européens, tout en niant la multitude des chrétiens qui ont lutté aux USA, en Europe et dans le monde pour mettre fin à la colonisation et a l’esclavage. Il est facile de critiquer le mariage chrétien en oubliant que le mariage civil lui-même découle en fait du mariage religieux chrétien, première institution qui donne la liberté de choix sans contraintes.

 

Au-delà des œufs, la fête de Paques nous demande de commémorer le jour (Vendredi Saint) ou la mort l’a emporté sur la vie, le jour ou l’espoir disparut de la Terre, pour mieux vivre la nuit de Paques, nuit ou la lumière de la vie jaillit des ténèbres, et avec cette lumière, la foi que plus jamais il n’y aurait de désespoir, de souffrance sans espoir, de perdition. Nous sommes heureux de vivre ces temps-ci, qui bien qu’ils paraissent si sombres, sont en fait pleins d’espoir.

 

Replaçons la croix à sa place avec tous ses acquis. Acceptons la telle quelle. Elle est un petit signe souvent galvaude, mais qui en 2016 vaut encore la crucifixion en Syrie ou en Indonésie aux chrétiens qui la portent. La croix est notre espoir, bien plus est notre vie, notre espérance plein de ténèbres. La croix est la base de peut-être la moitie sinon 80% du monde tel que nous le connaissons aujourd’hui. Nous lui devons honnêtement bien plus que nous ne voulions l’accepter.

 

Je te souhaite de redécouvrir la force de la croix en cette fête de Paques 2016. Bonne fête.

 

 

 

 

Publicités

Tu étudies, mais pourtant tu n’apprends rien

i-want-you-to-stay-ignorant

Au moment où je frappe ces caractères sur le clavier de mon laptop, je suis furieux, énervé, déçu… Et si vous avez un jour la chance de voir l’émission que j’ai suivie il y’a deux semaines, vous le seriez aussi. Du moins vous le seriez si vous êtes conscients des lacunes de vos études scolaires, dans un pays pauvre ancien endetté dont la dette a été épongée, mais qui est toujours très endetté et sera bientôt très très endetté. Et dire que nous sommes meilleurs que probablement 90% de l’Afrique francophone. Eh! Avant d’étancher votre soif de savoir de quelle émission je parle, et surtout celle de savoir exactement ce qu’il me vaut de vous perdre quelques minutes de votre précieux temps à me lire, je vous dirais si ça peut vous consoler que vous faites partie des 5% des africains francophones qui avez cette volonté de lire, et que malheureusement, vous allez devoir encore être patient jusqu’aux dernières lignes de ce post, pour me comprendre. Au passage, j’aurais fait tout pour agrémenter mon emprunt de la langue de molière, question de vous faire sourire et vous maintenir en haleine.

Ce qu’on n’apprend pas sur les bancs

Alors, vous me direz si vous vous reconnaissez dans ce qui suit. Imaginez les quinze premières années d’école de votre fils de 05 ans, d’abord dans une école fondée par une fondatrice bienveillante, dans un immeuble de 05 niveaux constamment en chantier, transporté tous les matins par un cargo jeté de l’Europe et joliment peint avec la mention « Ecole primaire maternelle bilingue les MEILLEURS MÔMES »; puis dans un lycée huppé de la place, arborant un écusson délavé sur sa tenue rafistolée. Vous le voyez sur les bancs devant la maîtresse et ses différents professeurs, fatigué parfois, mais assidu aussi? Si vous vous demandez en résumé, qu’apprendra t-il au bout de ces quinze années d’études de base, comme on dit chez nous, ou études primaires ou secondaires? Encore désolé pour vous, je ne vais pas lister tout ici. Mais je vais vous faciliter la tâche en vous listant les choses qu’il n’y apprendra très probablement pas:

  • Le savoir vivre et ses règles. Je ne parle pas du bonjour monsieur ou bonjour madame, je parle du savoir-vivre et ses règles, les différentes formules de politesse en fonction des circonstances, la tenue d’une maison, la mise en place d’un service de table, la courtoisie, les tenues vestimentaires et la mode, la galanterie, etc.
  • La vie en société et la loi. La citoyenneté, le code civil qui régit la société; le mariage civil, religieux, coutumier, et les règles; les lois pénales et le système judiciaire en place; le fonctionnement de l’état et de ses démembrements; le fonctionnement des forces de sécurité et leur rôle; le système de santé et son fonctionnement; les religions, églises et leur place dans la société; les entreprises et leur fonctionnement; le système financier et ses règles.
  • La vie dans le monde et les règles. Les systèmes économiques et leur fonctionnement; les différentes civilisations, langues, cultures et systèmes de pensée; les lois internationales.
  • L’origine du monde qui nous entoure (science). Comment sont fabriqués les objets qui nous entourent: habits, meubles, maisons, jouets? D’où vient le soleil, la lune, les étoiles? Comment fonctionnent le règne animal et le règne végétal? D’où viennent les forces de la nature, le vent, les vagues de la mer, la lumière, les tornades, les tremblements de terres, les volcans? D’où les matériaux qui nous entourent, les métaux? D’où le fonctionnement des objets du quotidien: télévision, téléphone, ordinateur, radio, voiture, avion, bateau, jouet, micro-ondes?
  • L’homme. D’où vient l’homme suivant les différentes théories? Que faire pour rester en santé? Quelles sont les maladies auxquelles l’homme est confronté et comment s’en prémunir? Quels sont les effets du monde qui nous entoure sur notre corps humain? Comment entretenir son corps que l’on soit un homme ou une femme? Que signifie être parent, que doit faire un père, une mère? Qu’est-ce que la famille dans les différentes cultures et comment vivre en famille? C’est quoi la relation de l’Homme au travail, et comment travailler pour subvenir à ses besoins et aux besoins des autres? L’habitat et les moyens possibles pour constituer une maison. Les arts et la culture, la peinture et les modes d’expression humains, la musique et le sport, le football. Les corps de métiers et leurs rôles: l’armée, la médecine, l’ingénierie, la magistrature, etc.

Et la liste n’est pas exhaustive…

Est-ce si difficile à apprendre?

Avant de bondir de votre fauteuil et de cliquer sur les commentaires en dessous pour me répondre avec empressement que votre enfant ne peut rien savoir de tout ça si jeune, prenez encore un peu de recul. Et dites moi si réellement il vous faut plus de 6h pour expliquer à votre enfant de 12 ans ce qu’il doit faire pour construire la maison qu’il voudra au moment où il le voudra. Respirez encore et dites moi si vous ne regrettez pas, oui, j’ai bien dit, regrettez pas de ne pas savoir ce qu’est un sous-préfet plus que lorsque vous suiviez son nom dans les journaux tv, ou bien lorsque vous avez souhaité faire signer des papiers pour un concours. Dites moi si vous n’êtes pas surpris d’avoir entendu parler de banque centrale seulement lors de votre 4ème année universitaire par hasard dans un magazine Jeune Afrique, et que même là, ce mot ne vous disait pas plus ce que vous lisiez, c’est-à-dire une banque centrale… Relisez la liste ci-dessus et imaginez le nombre de questions auxquelles vous devriez vous préparer à répondre à vos enfants si tant soit peu vous pensez qu’ils doivent pouvoir faire quoique ce soit de cohérent de leur vie, du moins un peu mieux que vous. A moins que vous ne souhaitiez pour votre fils qu’il ne rallonge la liste des personnes divorcées qui auraient souhaité en savoir un peu plus sur le mariage, ses obligations, ses contraintes avant de s’y engager. Dites-moi combien de familles autour de vous savent comment dresser correctement une table pour le dîner du soir, une table pour les invités à Noël. Ah!

Que sais-tu au sortir des cycles primaires et secondaires?

Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas oublié de vous parler de l’émission que j’ai suivie et qui me bouleverse toujours. Et pour amener le sujet, parlons un peu du monde qui nous entoure et du rapport d’un africain à ce monde qui l’entoure. Regardez dans la liste ci-dessus et surlignez le point sur l’origine du monde qui nous entoure, la science. Prenez une enfant de 2eme année universitaire et demandez-lui: comment est fabriqué l’habit qu’il porte, la chaussure qu’il a au pied? Comment fonctionne, si elle fonctionne, la montre qu’il a au poignet gauche, s’il sait qu’elle se porte le plus souvent au poignet gauche et non au poignet droit? Qu’a-t-il mangé le matin et comment ont été produits les éléments du repas qu’il compte prendre le soir, et le plus important, ce que ça apporte à son corps? Son Choronko, ou smartphone chinois pour les néophytes, marche comment sans être branché, et quand il vous dira avec empressement grâce à la batterie, comment une boîte de lithium, s’il sait ce que c’est, lui permet de parler à son ex-copine parti en Allemagne, à plus de 10,000km, s’il sait où est l’Allemagne sur une carte? S’il n’a pas un choronko, mais un téléphone 3G, comment il peut voir en quasi temps réel son interlocuteur via les appels video, et s’il peut dire plus qu’une des mes soeurs a dit un jour, « c’est la sorcellerie »? Et si vous voulez le décourager un peu, demandez lui ce qu’il veut faire comme travail dans sa vie, s’il sait à quoi son travail va lui servir, à lui, à sa famille, à son pays, à l’humanité. Et si par chance il sait déjà qu’il veut être patron d’une grande entreprise de la place, demandez lui en quoi ça consiste au quotidien à part donner des ordres. S’il veut être banquier, demandez lui ce que le banquier fait. Vraiment, arrêtons un peu le massacre pour ne pas vous décourager d’aller jusqu’au bout de ce post. Si vous pleurez déjà, prenez deux minutes pour aller chercher un mouchoir et revenez car le plus intéressant est dans le paragraphe suivant.

Et mon émission alors?

Saviez-vous qu’un homme de 30 ans, d’un milieu pauvre, sans éducation scolaire, apprenti soudeur, fondeur de verres, est à l’origine de quasiment 95% du monde qui nous entoure? Je ne vous dis pas son nom de peur que vous ne résumiez mon post à une louange à ce brillant esprit. Non, je ne veux pas vous donner le sentiment d’être plus attardé économiquement que notre pays et ses semblables ne le sont déjà. Car la vérité est pire, et elle est triste. Il n’y a même pas de quoi en rire. Nous n’avons même pas commencé à nous développer. Car contrairement à ce qu’on veuille nous faire croire aujourd’hui, quand vous ne maîtrisez ni ne vous appropriez aucune des connaissances du monde dans lequel vous vivez, vous n’êtes rien et nous n’accomplirez rien, un éternel recommencement dans lequel on se complaint de nos propres forfaitures, fiers de nos moindres balbutiements qualifiés de progrès. Non, je ne vous dirais pas son nom, en tout cas pas tout de suite. Si vous faites vos devoirs, si vous prenez sur vous de sortir de votre obscurantisme remplis de fausses et de contre-vérités, vous pourrez aisément découvrir qui c’est. Il a expliqué à des enfants de 14 ans, il y’a aujourd’hui plus de 200 ans, dans un amphi qui existe toujours aujourd’hui et qu’on appelle la Royal Institute of Technology en Angleterre, comment sont reliées les forces qui régissent notre monde: lumière, électromagnétisme, électricité. Tout cela étant souffrant d’amnésie partielle, et sans écrire aucune équation mathématique, tout cela par des expérimentations que vous pouvez faire encore aujourd’hui, ou faire faire par un enfant de 7ans. Et tous ceux que vous connaissez après, Einstein, Maxwell, Clark, se sont basés sur ses travaux. En ces temps où la ENEO et ses compères du MINEE nous font croire que la fourniture de l’électricité est une alchimie qui coûte des milliards, retenez bien que, voici 200ans que le premier générateur éléctrique fût expérimenté. Oui 200ans! Par un aimant, une bobine de cuivre, du fer, du zinc, et le mouvement d’une main. 200ans! Et ce n’est pas tout. Voilà deux cent ans on sait que l’aimant et le champ magnétique qu’il produit, peuvent produire de l’électricité et influencer les rayons du soleil, les dévier et les transmettre. Ce qui amènera quelques années après, à la caméra et au microphone, le reste étant des questions de transport et de production à grande échelle. 200ans!

Vous saviez-vous ignorant? Moi non, du moins pas à ce point.

Ce qui devrait vous turlupiner, et qui vous expliquera le début de mon post, c’est pourquoi c’est seulement aujourd’hui que vous l’appreniez? Pourquoi? Pourquoi payer tant d’argent dans des écoles si ce n’est pas le savoir qu’on y enseigne? Pourquoi tant de milliards dans l’éducation si vous n’apprenez rien de plus qu’un fondeur de verre il y’a deux cent ans? Le savoir est-il réellement à l’école, du moins telle qu’elle est aujourd’hui dans nos sous-pays? Non. Faut pas avoir peur du constat, non. Si vous avez des enfants et que vous parcourez leurs livres, vous avez certainement remarqué le vide qui s’y trouve, les fautes, les erreurs de sens, bref… le vide. Mais je vous en prie, faites mieux que dire que l’ancien système était mieux, car il était pareil, façonné pour créer du bétail commercial, bon à consommer chaque jour, à papoter et à se reproduire, quand ils ne s’entre-tuent pas… Oui c’est dur, mais dans ce qui se passe autour de vous, qu’y a-t-il de mieux? Tellement peu de savoir appliqué. Avant de me dire que j’ai juste été blasé par la technologie des « blancs », je vous prie de faire encore un petit effort en prenant en compte le cas des asiatiques en matière d’éducation: la plus vielle université du monde date de 1700ans, Nankin, du moins d’après les chinois. Prenez aussi en compte le savoir égyptien avec les pyramides. Et demandez vous si c’est toujours si surprenant que les chinois puissent envoyer un robot sur la lune … Demandez-vous surtout, et c’est mon objectif par ce post où est-ce que vous pouvez commencer.

Ahhhhhhhh!

Oui, vous m’aurez compris. Je suis, un peu, révolté de savoir qu’il y’a deux cent ans, on donnait des conférences publiques sur les phénomènes qui régissent le monde qui nous entoure et qui semble si complexe que tant de mes frères s’en remettent au mystique pour s’en sortir, ou tout simplement s’avouent vaincus et partent vivre sur des terres qui ne sont pas les leurs, pas de leur fait, mais parce qu’on ne leur a jamais dit en quoi ils pouvaient contribuer au monde qui les entoure, exactement là où tout est encore à faire, chez eux, en Afrique. Imaginez ce qu’un jeune peut faire s’il sait ce qui se passe autour de lui à 9 ans, alors qu’il a encore 50 ans de vie devant lui. Imaginez le monde qui s’ouvrirait à vous si vous saviez à 10ans l’essentiel sur votre corps, votre société, votre entourage. L’ignorance n’est-elle pas un crime? Et bloquer le savoir aux jeunes n’est-il pas un crime contre l’humanité?

Pour terminer, si vous n’êtes pas assez surpris de savoir que le principe de fonctionnement d’un générateur d’électricité est si simple qu’il a pu être expliqué à des enfants de 14 ans il y’a deux cent ans, que dites-vous de la distribution de l’eau dans les villes à l’époque romaine (tapez aqueduc dans Google)? 3000ans après, on a des coupures d’eau alors que nous payons pour ça… Vraiment! Alors posez-vous la question de ce que vous voulez réellement savoir ou ce que vos enfants et petits frères doivent savoir dans leur jeunesse? L’histoire de Charlemagne ou bien le fonctionnement des chefferies traditionnelles africaines? L’histoire de Christophe Colomb ou bien le mouvement de l’argent et le système financier du monde? La travail manuel avec la machette ou bien les techniques modernes du sport en général? Que doit-il savoir?

Et vous, que savez-vous exactement?

Jésus n’est pas muet

Jésus de Nazareth, Yeshua, Fils de Marie, Christ ressuscité, assis à la droite du père, Christ Roi de l’Univers, serait-il devenu une image amorphe prisonnier d’un mur de parpaings et des visites de milliers de curieux ? Ou serait-il devenu muet, immobile ? Il y’a certainement une image sur le mur de cette dame, mais ce n’est pas le Christ. En plus l’image semble être le reflet du crucifié du Suaire de Turin, crucifié qui n’est pas encore confirmé même par l’Eglise être Jésus de Nazareth. Pourquoi Jésus utiliserait une image pour s’adresser à nous ? Le Christ en lequel nous croyons est vivant, et nous lui parlons chaque jour dans l’Eucharistie. Pas besoin d’image mur pour croire. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. Qu’est-ce qui est plus facile à croire: que Jésus vivant est présent dans le Saint Sacrement tous les jours comme il l’a dit nous donnant ainsi l’immense privilège de vivre l’éternité avec lui sur Terre chaque fois que nous nous rapprochons de lui? Ou bien que Jésus Christ ressuscité est sur un mur à Nsimalen, muet, amorphe, silencieux?

Je questionne le moment de cette manifestation. En pleine semaine sainte. Quoi de mieux pour distraire les chrétiens et nous empêcher de communier au corps du Christ avec le Pape François et l’ensemble du peuple des fidèles, en ces temps si importants pour notre pays et pour l’histoire de l’humanité?

Personnellement avec la technologie des hologrammes aujourd’hui, il est possible de reproduire n’importe qui et n’importe quoi en dimension réelle. Ce n’est peut être pas le cas ici, mais je veux montrer combien une image aujourd’hui peut ne rien vouloir dire.

Ne connaissons nous pas des milliers de magiciens, marabouts, sorciers, rosicruciens, prestidigitateurs capables de faire apparaître des telles choses ? Ou bien, pour ne pas les nommer, ne savez vous pas que le Diable est un ange de lumière, et qu’un démon peut se manifester ainsi ? En s’agenouillant et en priant devant un tel stratagème, ne commettons-nous pas par là un sacrilège et une violation du PREMIER péché contre Dieu qui est d’adorer d’autres dieux ? Mes frères et sœurs qui agenouillent et tombent en transe, amènent leurs bébés, ne viennent-ils pas adorer une IMAGE???? En le confessant eux-même, ne violent-ils pas le 1er commandement du Seigneur Dieu Tout Puissant? Ne confondons pas prier en présence de l’image de la Divine Miséricorde qu’on trouve partout, et voyager pour aller adorer une image, et non la personne qu’elle représente. La manifestation remplace t-elle le Dieu vivant ?

Les chrétiens ont-ils la mémoire si courte? Faisons une simple comparaison entre les apparitions de Marie à Lourdes (confirmée par l’Eglise), à Fatima (confirmée par l’Eglise), à Nsimalen (avérée par l’Eglise mais pas encore confirmée) ou encore les apparitions de Jésus à la Sainte Soeur Faustine de Kowalska de la Divine Miséricorde (confirmée), à Saint Paul relatée dans la Bible, aux apôtres dans la bible, comparons ces apparitions à ce phénomène sur le mur. Jésus est VIVANT! Marie est VIVANTE avec lui au ciel! Marie a délivré des messages plusieurs fois à l’humanité pour la mettre en garde, Jésus a donné des volontés pour nous apprendre à mieux le prier. Mes frères et sœurs, si vous cherchez tant les manifestations de Jésus et de sa mère Marie, voici le plus récent message transmis et avéré par l’Eglise, celui de la Divine Miséricorde, qui est une nouvelle extraordinaire: Jésus a dit à Sainte Faustine de Kowalska que toute âme qui confessera ses péchés et communiera le dimanche de la Divine miséricorde, le dimanche d’après Pâques, recevra l’absolution complète et totale de ses péchés, même les péchés les plus graves! Jésus a dit qu’il ouvre les vannes de la miséricorde du Ciel, et de la même manière qu’il a pardonné dans les évangiles car Dieu lui a donné ce pouvoir, Il accorde le pardon à tout le monde qui se remet à lui et communie sincèrement à son corps. N’est ce pas un message merveilleux de savoir qu’on peut être plus pur devant qu’à notre naissance par un geste aussi simple ? Qu’est-il plus facile de croire ?

Enfin pour ceux qui sont toujours aussi avides de manifestations autres que la grâce de la vie de chaque jour:

  • Connaissez vous Lanciano ? C’est une ville en Italie, dans laquelle il y’a une église, où l’hostie s’est physiquement transformée en chair humaine et le vin s’est transformé en caillots de sang humain, celà depuis les années 700 après Jésus Christ. Trois études scientifiques ont CONFIRME que la chair en question est de la chair d’un coeur humain qui ne meurt pas et ne vieillit pas depuis au moins 2 siècles, et que le sang est parfaitement du sang liquide humain qui ne sèche pas depuis plusieurs siècles. La Tradition de l’Eglise dit que c’est face à l’incrédulité d’un moine que Jésus s’est ainsi manifesté voici maintenant plus de 1000 ans! Voici le lien pour les détails: http://www.miracoloeucaristico.eu/
  • Connaissez vous Fatima ? Fatima est un village du Portugal où Marie est apparue durant plusieurs mois à 3 jeunes, toujours le 13 du mois, en leur parlant et en manifestant de nombreux signes, dont un miracle (le Soleil qui a dansé) dont un journaliste a été témoin occulaire. La vierge a laissé des messages importants pour l’histoire de l’humanité dont le 3eme, même s’il fût officiellement révélé, reste pour beaucoup encore jalousement conservé par le Vatican. http://www.fatima.be/

En somme, ce qui est à l’origine de cette manifestation réussit une partie de son stratagème: détourner la foi des pauvres du Dieu Vivant. L’engouement autour de la manifestation est du même ordre que l’affluence qu’on voit chez Emmanuel TV, TB Joshua, ou plus proche de nous, chez Tsala Essomba. De grâce, l’intelligence et nos sens sont des dons du même Dieu, faisons-en usage avant de s’agenouiller devant une image.

Bonne fête de Pâques.

Enseignements de Benoît XVI (12) : suite et fin

Dans la lancée de la récente publication de la première encyclique de notre Saint Père François, j’achève aujourd’hui le partage des enseignements de Benoît VI son prédécesseur. Il s’agit de quatre (04) documents portant sur Noël, Marie, les enfants de choeur et un ensemble de thèmes généraux.

1- Noël : https://docs.google.com/file/d/0B0GnfzEGZrTmVEZlSHFDdFBVNEk/edit?usp=sharing

2- Message aux enfants de choeur : Benoît XVI a accordé une attention particulière et un attachement à la fonction des enfants de choeur. Il résume dans deux audiences le contenu de son message à leur adresse.
https://docs.google.com/file/d/0B0GnfzEGZrTmdFlkalFkcnNlYzA/edit?usp=sharing

3- Vierge Marie et Fêtes : La Reine du Ciel fait l’attention de quelques audiences de Benoît XVI.
https://docs.google.com/file/d/0B0GnfzEGZrTmQUpnU0I4LXBBWE0/edit?usp=sharing

4- Thèmes Généraux non classifiés : Des thèmes divers comme le choix du nom de Benoît XVI, les commentaires sur l’encyclique Caritas in veritate, des réflexions sur l’environnement.
https://docs.google.com/file/d/0B0GnfzEGZrTmSnJmZlVoa0EwMnM/edit?usp=sharing

Très bonne lecture !

Enseignements de Benoît XVI : Les Pères de l’Eglise (10)

Image

Les Pères de l’Eglise sont les apôtres du Christ, les successeurs des douze mentionnés dans les évangiles. Ils ont porté la foi, et grâce à eux, nous avons la grâce d’avoir une Eglise vivante aujourd’hui. Ils sont les Pères de notre Mère l’Eglise, leur combat, leur intelligence, la sueur de leur labeur, sont les parpaings de l’Eglise fondée sur St Pierre par Jésus-Christ, lui-même Pierre angulaire, pierre rejetée devenue pierre angulaire de l’édifice du Dieu sauveur. Si vous aimez le Christ, vous aimerez l’Eglise (comme Saint Pierre qui frappa l’oreille du soldat dans le jardin), et si vous aimez l’Eglise, vous adorerez certains, sinon tous ces pères. Voici quelques exemples de ces pères.

Saint Clément, Evêque de Rome, a vu les apôtres et a été leurs prédications. Il est le 3e successeur de Saint Pierre. Il est connu pour avoir intervenu dans le problème de l’Eglise de Corinthe.

Saint Ignace d’Antioche, 3e evêque d’Antioche dans les années 70. Aucun Père de l’Eglise n’a exprimé avec autant d’intensité qu’Ignace l’ardent désir d’union avec le Christ et de vie en Lui. Ignace, le premier dans la littérature chrétienne, attribue à l’Eglise l’adjectif de « catholique », c’est-à-dire « universelle »: « Là où est Jésus Christ », affirme-t-il, « là est l’Eglise catholique » (Smyrn. 8, 2). L’apôtre de l’unité de l’Eglise.
Saint Justin. Apologiste et défenseur de l’Eglise. Le christianismes est la seule philosophie sure et profitable. A une époque comme la nôtre, marquée par le relativisme dans le débat sur les valeurs et sur la religion – tout comme dans le dialogue interreligieux -, il s’agit là d’une leçon à ne pas oublier. Quelques décennies après Justin, Tertullien définit le même choix des chrétiens avec la sentence lapidaire et toujours valable: « Dominus noster Christus veritatem se, non con-suetudinem, cognominavit – le Christ a affirmé être la vérité, non la coutume »

Saint Irénée de Lyon. 2e siècle. Irénée est le champion de la lutte contre les hérésies. La gnose, une doctrine qui affirmait que la foi enseignée dans l’Eglise ne serait qu’un symbolisme destiné aux personnes simples, qui ne sont pas en mesure de comprendre les choses difficiles. C’est une pensée proche qu’on rencontre aujourd’hui, chez les élitistes, qui considèrent les autres comme des gens qui ne comprennent pas le monde.
Pour Irénée, la « règle de la foi » coïncide en pratique avec le Credo des Apôtres et nous donne la clé pour interpréter l’Evangile, pour interpréter le Credo à la lumière de l’Evangile.
Selon son enseignement, la foi de l’Eglise doit être transmise de manière à apparaître telle qu’elle doit être, c’est-à-dire « publique », « unique », « pneumatique », « spirituelle ».

Clément d’Alexandrie. Dans son ensemble, la catéchèse clémentine accompagne pas à pas le chemin du catéchumène et du baptisé pour que, avec les deux « ailes » de la foi et de la raison, ils parviennent à une profonde connaissance de la Vérité, qui est Jésus Christ, le Verbe de Dieu. Clément reprend en fin de compte la doctrine selon laquelle la fin ultime de l’homme est de devenir semblable à Dieu. Nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu, mais cela est aussi un défi, un chemin; en effet, le but de la vie, la destination ultime, est vraiment de devenir semblable à Dieu.

Document disponible ici : https://docs.google.com/file/d/0B0GnfzEGZrTmR3dMZzUxYmxsX28/edit?usp=sharing

Bonne lecture !